Lomir SRO® 06.02.2013
Nouvelles données pharmacocinétiques lors d’insuffisance hépatique et chez les patients âgés

Par rapport aux patients sans affection hépatique, on a observé les différences pharmacocinétiques significatives suivantes chez les patients souffrant d’une cirrhose hépatique (mais pas chez les patients souffrant d’une affection hépatique non-cirrhotique) après administration orale d’isradipine: augmentation de la biodisponibilité jusqu’à 2 fois, baisse de la clairance jusqu’à 6 fois. Chez les patients âgés (âge moyen de 70 ans) avec une fonction rénale et hépatique intacte, après administration orale de 10 mg d’isradipine, l’AUC était augmentée d’env. 40% et la Cmax d’env. 13% par rapport à celles d’une population de comparaison plus jeune. La demi-vie a augmenté d’env. 25% et elle est passée de 8 à 10 heures.
Jusqu’alors, l’isradipine pouvait être administrée avec  prudence chez la femme enceinte. Désormais son utilisation n’est possible que si le bénéfice pour la mère est supérieur au risque potentiel pour l’enfant.

L’isradipine n’a aucune influence sur la pharmacocinétique de la digoxine, de la warfarine, de l’hydrochlorothiazide et de la théophylline. En cas d’apparition de réactions d’hypersensibilité, le traitement par Lomir SRO doit être arrêté.

Une prise de poids a été rapportée de manière occasionnelle.

Source:
Information professionnelle Lomir SRO®