Caractéristiques
Antinéoplasique, anticorps monoclonal (anti-PD-1)
Biopharmaceutique
Pembrolizumab (100 mg)
Histidine (H)
Histidine chlorhydrate monohydrate (H)
Polysorbate 80 produit à partir de maïs génétiquement modifié (H)
Saccharose (H)
Aqua ad inject. pro 4 ml
Gesundheit & Schönheit > Santé Antinéoplasique, anticorps monoclonal (anti-PD-1), (Pembrolizumab (100 mg))
Thérapie

Antinéoplasiques > Anticorps monoclonaux

Indications
Mélanome non résécable ou métastatique, traitement adjuvant du mélanome de stade III entièrement réséqué; traitement de première ligne du cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) métastatique exprimant PD-L1 avec un score de proportion tumorale (TPS) ≥50% et sans mutations EGFR ou ALK; traitement de première ligne du CPNPC non-épidermoïde métastatique et sans mutations EGFR ou ALK en association au pémétrexed et un dérivé du platine; traitement de première ligne du CPNPC épidermoïde métastatique en association au carboplatine et au paclitaxel ou en association au carboplatine et au nab-paclitaxel; CPNPC avancé, métastatique exprimant PD-L1 avec un TPS ≥1%, après chimiothérapie préalable; carcinome épidermoïde de la tête et du cou récidivant, ne pouvant faire l'objet d'un traitement curatif, localement avancé ou métastatique exprimant PD-L1 en association à une chimiothérapie à base de platine et de 5-fluorouracil ou en monothérapie après prétraitement par une chimiothérapie à base de platine lors d'un TPS ≥50%; lymphome de Hodgkin classique réfractaire ou récidivant après min. 3 traitements antérieurs, carcinome urothélial localement avancé ou métastatique après une chimiothérapie à base de platine; traitement de première ligne du carcinome à cellules rénales avancé, métastatique ou récidivant, en association à l'axitinib; lymphome médiastinal primitif à grandes cellules B réfractaire ou récidivant après min. 2 traitements antérieurs (min. 1 traitement avec rituximab) lorsqu'une autogreffe de cellules souches n'entre pas en ligne de compte ou lors de récidive après une greffe.
Tumeurs avec forte instabilité microsatellitaire ou un déficit de réparation des mésappariements de l'ADN: carcinome colorectal non résécable ou métastatique après un traitement antérieur à base de fluoropyrimidine associé à l'irinotécan ou l'oxaliplatine; carcinomes métastatiques de l'endomètre, de l'estomac, de l'intestin grêle ou des voies biliaires ayant progressé après le traitement standard et sans alternatives thérapeutiques satisfaisantes; monothérapie (traitement de première ligne) du carcinome colorectal métastatique.
Posologie
Perf. i.v. de 30 min (avec filtre de 0,2–5 µm à faible fixation protéinique) après dilution dans NaCl 0,9% ou glucose 5% (concentration finale: 1–10 mg/ml).
>18 ans: 200 mg toutes les 3 sem.; durée du traitement lors de traitement adjuvant du mélanome: max. 12 mois.
Contre-indications
Procréation chez la femme (jusqu'à min. 4 mois après le traitement), grossesse «IPr», allaitement.
Pharmacode
Article
CHF
Cat. de remise
Cat. de remboursement
GTIN

6994875
flacon 1 pce
2609.00
A
7680662310018
1L NSCLC
Monothérapie en première ligne du cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) métastatique en stade IV chez des adultes dont la tumeur exprime PD-L1 avec un score de proportion tumorale (TPS) ≥50 %, sans aberrations tumorales génomiques de type EGFR ou ALK. La posologie maximale est de 200 mg toutes les trois semaines.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.
Les patients devraient être traités jusqu'à progression de la maladie. Le nombre maximal de traitements/cycles est de 35. Chez les patients cliniquement stables dont la maladie était initialement en progression, le traitement peut être poursuivi jusqu'à confirmation de la progression de la maladie.

2L NSCLC
Monothérapie du cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) au stade avancé, métastatique après une chimiothérapie chez les adultes dont la tumeur exprime PD-L1.
Les patients porteurs d'aberrations génomiques tumorales de type EGFR ou ALK doivent également avoir reçu un traitement approuvé pour ces aberrations avant de recevoir KEYTRUDA.
La posologie maximale est de 200 mg toutes les trois semaines.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.
Les patients devraient être traités jusqu'à progression de la maladie. Chez les patients cliniquement stables dont la maladie était initialement en progression, le traitement peut être poursuivi jusqu'à confirmation de la progression de la maladie.

Lymphome de Hodgkin classique
Monothérapie du lymphome de Hodgkin classique réfractaire ou récidivant (rrcHL) chez les adultes ayant reçu au moins 3 traitements préalables, y compris Brentuximab vedotin.
La posologie maximale est de 200 mg toutes les trois semaines.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.
Les patients devraient être traités jusqu'à progression de la maladie. Chez les patients cliniquement stables dont la maladie était initialement en progression, le traitement peut être poursuivi jusqu'à confirmation de la progression de la maladie.
Pour le traitement du lymphome de Hodgkin classique et sur demande de l'assurance maladie auprès duquel la personne était assurée au moment de la prescription, MSD Merck Sharp & Dohme AG rembourse 3,60% du prix de fabrique par emballage resp. par mg de KEYTRUDA dont il est prouvé qu'il a été administré contre le rrcHL. La TVA ne peut pas être récupérée en plus de cette partie du prix de fabrique. La demande de remboursement doit intervenir à partir du moment de l’administration.

Mélanome
Monothérapie du mélanome non résécable ou métastatique chez les patients adultes.
La posologie maximale est de 200 mg toutes les trois semaines.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.
Les patients devraient être traités jusqu'à progression de la maladie. Chez les patients cliniquement stables dont la maladie était initialement en progression, le traitement peut être poursuivi jusqu'à confirmation de la progression de la maladie.

Mélanome adjuvant
Comme monothérapie pour le traitement adjuvant du mélanome avec atteinte des ganglions lymphatiques régionaux et métastases des ganglions lymphatiques > 1 mm et sans récidive locorégionale après résection complète chez des patients sans traitement systémique préalable du mélanome. Le remboursement est limité aux stades suivants:
Selon l’AJCC, 7e édition: stade IIIA (T3-4a N1a/N2a), IIIB (T2-4b N1a/N2a, T1-4a N1b/N2b) et IIIC (sans métastases en transit et sans (micro-)satellites).
Selon l‘AJCC, 8e édition: pour autant qu’aucunes métastases en transit ou aucuns (micro-)satellites ne soient présents aux stades IIIB, IIIC, IIID.
Le traitement adjuvant avec Keytruda doit être effectué dans les 15 semaines suivant la résection. Le dosage maximal est de 200 mg toutes les trois semaines. Les patients devraient être traités jusqu’à une récidive de la maladie, le nombre maximal de traitements, respectivement de cycles étant toutefois de 18.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.

Carcinome urothélial
Monothérapie du carcinome urothélial localement avancé ou métastatique chez les adultes ayant été prétraités par chimiothérapie à base de platine au cours des derniers 24 mois. Les patients dont le traitement basé sur le platine date d'il y a plus de 24 mois doivent de nouveau recevoir un traitement de première ligne à base de platine avant le traitement par KEYTRUDA; un traitement en 2e ligne par KEYTRUDA ne peut être initié qu'en cas de nouvelle progression dans les 24 mois après ce traitement. La posologie maximale est de 200 mg toutes les trois semaines.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.
Les patients devraient être traités jusqu'à progression de la maladie. Chez les patients cliniquement stables dont la maladie était initialement en progression, le traitement peut être poursuivi jusqu'à confirmation de la progression de la maladie.


7751759
flacon 2 pce (ec 05/20)
5007.65
A
7680662310025
1L NSCLC
Monothérapie en première ligne du cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) métastatique en stade IV chez des adultes dont la tumeur exprime PD-L1 avec un score de proportion tumorale (TPS) ≥50 %, sans aberrations tumorales génomiques de type EGFR ou ALK. La posologie maximale est de 200 mg toutes les trois semaines.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.
Les patients devraient être traités jusqu'à progression de la maladie. Le nombre maximal de traitements/cycles est de 35. Chez les patients cliniquement stables dont la maladie était initialement en progression, le traitement peut être poursuivi jusqu'à confirmation de la progression de la maladie.

2L NSCLC
Monothérapie du cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) au stade avancé, métastatique après une chimiothérapie chez les adultes dont la tumeur exprime PD-L1.
Les patients porteurs d'aberrations génomiques tumorales de type EGFR ou ALK doivent également avoir reçu un traitement approuvé pour ces aberrations avant de recevoir KEYTRUDA.
La posologie maximale est de 200 mg toutes les trois semaines.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.
Les patients devraient être traités jusqu'à progression de la maladie. Chez les patients cliniquement stables dont la maladie était initialement en progression, le traitement peut être poursuivi jusqu'à confirmation de la progression de la maladie.

Lymphome de Hodgkin classique
Monothérapie du lymphome de Hodgkin classique réfractaire ou récidivant (rrcHL) chez les adultes ayant reçu au moins 3 traitements préalables, y compris Brentuximab vedotin.
La posologie maximale est de 200 mg toutes les trois semaines.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.
Les patients devraient être traités jusqu'à progression de la maladie. Chez les patients cliniquement stables dont la maladie était initialement en progression, le traitement peut être poursuivi jusqu'à confirmation de la progression de la maladie.
Pour le traitement du lymphome de Hodgkin classique et sur demande de l'assurance maladie auprès duquel la personne était assurée au moment de la prescription, MSD Merck Sharp & Dohme AG rembourse 3,60% du prix de fabrique par emballage resp. par mg de KEYTRUDA dont il est prouvé qu'il a été administré contre le rrcHL. La TVA ne peut pas être récupérée en plus de cette partie du prix de fabrique. La demande de remboursement doit intervenir à partir du moment de l’administration.

Mélanome
Monothérapie du mélanome non résécable ou métastatique chez les patients adultes.
La posologie maximale est de 200 mg toutes les trois semaines.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.
Les patients devraient être traités jusqu'à progression de la maladie. Chez les patients cliniquement stables dont la maladie était initialement en progression, le traitement peut être poursuivi jusqu'à confirmation de la progression de la maladie.

Mélanome adjuvant
Comme monothérapie pour le traitement adjuvant du mélanome avec atteinte des ganglions lymphatiques régionaux et métastases des ganglions lymphatiques > 1 mm et sans récidive locorégionale après résection complète chez des patients sans traitement systémique préalable du mélanome. Le remboursement est limité aux stades suivants:
Selon l’AJCC, 7e édition: stade IIIA (T3-4a N1a/N2a), IIIB (T2-4b N1a/N2a, T1-4a N1b/N2b) et IIIC (sans métastases en transit et sans (micro-)satellites).
Selon l‘AJCC, 8e édition: pour autant qu’aucunes métastases en transit ou aucuns (micro-)satellites ne soient présents aux stades IIIB, IIIC, IIID.
Le traitement adjuvant avec Keytruda doit être effectué dans les 15 semaines suivant la résection. Le dosage maximal est de 200 mg toutes les trois semaines. Les patients devraient être traités jusqu’à une récidive de la maladie, le nombre maximal de traitements, respectivement de cycles étant toutefois de 18.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.

Carcinome urothélial
Monothérapie du carcinome urothélial localement avancé ou métastatique chez les adultes ayant été prétraités par chimiothérapie à base de platine au cours des derniers 24 mois. Les patients dont le traitement basé sur le platine date d'il y a plus de 24 mois doivent de nouveau recevoir un traitement de première ligne à base de platine avant le traitement par KEYTRUDA; un traitement en 2e ligne par KEYTRUDA ne peut être initié qu'en cas de nouvelle progression dans les 24 mois après ce traitement. La posologie maximale est de 200 mg toutes les trois semaines.
Le traitement exige une garantie préalable de prise en charge par l'assurance maladie après consultation du médecin conseil.
Les patients devraient être traités jusqu'à progression de la maladie. Chez les patients cliniquement stables dont la maladie était initialement en progression, le traitement peut être poursuivi jusqu'à confirmation de la progression de la maladie.



26.08.2020
MSD Merck Sharp & Dohme AG

11.05.2020
MSD Merck Sharp & Dohme AG

15.04.2020
MSD Merck Sharp & Dohme AG

07.04.2020
MSD Merck Sharp & Dohme AG

28.01.2020
MSD Merck Sharp & Dohme AG

17.01.2020
MSD Merck Sharp & Dohme AG

28.10.2019
MSD Merck Sharp & Dohme AG

01.10.2019
MSD Merck Sharp & Dohme AG

17.06.2019
MSD Merck Sharp & Dohme AG

26.02.2019
MSD Merck Sharp & Dohme AG

15.11.2018
MSD Merck Sharp & Dohme AG

30.10.2017
MSD Merck Sharp & Dohme AG

30.10.2017
MSD Merck Sharp & Dohme AG

15.09.2017
Élargissement de la gamme
MSD Merck Sharp & Dohme AG

12.05.2017
Extension d'indications
MSD Merck Sharp & Dohme AG

10.05.2017
Swissmedic informe
MSD Merck Sharp & Dohme AG

11.10.2016
Extension d'indication
MSD Merck Sharp & Dohme AG

22.03.2016
Nouveaux effets indésirables
MSD Merck Sharp & Dohme AG

22.03.2016
Extension d'indication: traitement de première ligne
MSD Merck Sharp & Dohme AG

05.10.2015
Mélanome avancé
MSD Merck Sharp & Dohme AG