Caractéristiques
Inhibiteur du TNF alpha, anticorps monoclonal humain
Adalimumab (40 mg)
Acide adipique (H)
Acide citrique monohydrate (H)
Sodium chlorure (H)
Mannitol (H)
Polysorbate 80 (H)
Aqua ad iniect. pro 0.8 ml
Gesundheit & Schönheit > Santé Inhibiteur du TNF alpha, anticorps monoclonal humain, (Adalimumab (40 mg))
Indications
>18 ans
Psoriasis en plaques chronique modéré à sévère, hidradénite suppurée (maladie de Verneuil) active modérée à sévère lors de réponse insuffisante aux antibiotiques systémiques.
Après réponse insuffisante aux traitements conventionnels: cas actifs de polyarthrite rhumatoïde modérée à sévère (monothérapie ou avec méthotrexate ou DMARD «IPr»), d'arthrite psoriasique (monothérapie ou avec DMARD), de maladie de Crohn modérée à sévère (y c. après échec ou intolérance sous infliximab), de maladie de Bechterew, de colite ulcéreuse modérée à sévère (y c. lors d'intolérance ou de contre-indications envers les traitements conventionnels).
13–18 ans avec surface corporelle ≥1,7 m2
Après réponse insuffisante aux traitements conventionnels: arthrite juvénile idiopathique polyarticulaire active (y c. lors d'intolérance aux DMARD; avec le méthotrexate ou en monothérapie si intolérance).
Posologie
Inj. s.c.
>18 ans
Polyarthrite rhumatoïde: 40 mg toutes les 2 sem., lors de monothérapie év. augmenter à 40 mg 1×/sem.
Arthrite psoriasique/maladie de Bechterew: 40 mg toutes les 2 sem.
Maladie de Crohn: sem. 0: 160 mg sur 1 j. ou 80 mg/j. sur 2 j. consécutifs, sem. 2: 80 mg, puis 40 mg toutes les 2 sem.
Colite ulcéreuse: sem. 0: 160 mg sur 1 j. ou 80 mg/j. sur 2 j. consécutifs, sem. 2: 80 mg, puis 40 mg toutes les 2 sem., lors de perte d'efficacité après réponse primaire év. 40 mg 1×/sem.
Psoriasis en plaques: au début 1×80 mg, après 1 sem. 40 mg toutes les 2 sem.
Hidradénite suppurée: sem. 0: 160 mg sur 1 j. ou 80 mg/j. sur 2 j. consécutifs, sem. 2: 80 mg, dès sem. 4: 40 mg 1×/sem.
13–18 ans avec surface corporelle ≥1,7 m2
Arthrite juvénile polyarticulaire: 40 mg toutes les 2 sem.
Contre-indications
Tuberculose active, infections sévères comme septicémie ou infections opportunistes, insuffisance cardiaque NYHA III–IV; procréation chez la femme (jusqu'à min. 5 mois après le traitement), grossesse «IPr».
Pharmacode
Article
CHF
Cat. de remise
Cat. de remboursement
GTIN

7742655
seringue préremplie 0.8 ml (ec 09/19)
500.45
B
7680672580012
Polyarthrite rhumatoïde active, l'arthrite juvénile idiopathique polyarticulaire à partir de l'âge de 13 ans d'une surface corporelle supérieure à 1.7 m2, arthrite psoriasique : traitement par HYRIMOZ en cas de réponse inadéquate aux traitements de fond classique. Prise en charge par l’assurance maladie après consultation préalable du médecin conseil.
Spondylarthrite ankylosante (maladie de Bechterew) : traitement par HYRIMOZ lorsque le traitement de fond classique a été insuffisant ou n’a pas été toléré. Prise en charge par l’assurance maladie après consultation préalable du médecin conseil.
Maladie de Crohn active : traitement des patients adultes par HYRIMOZ lorsque le traitement de fond classique (par ex. azathioprine, 6-mercaptopurine ou glucocorticoïdes) a été insuffisant, ainsi que pour les patients qui ne répondent plus à Remicade ou qui ne le tolèrent pas. Prise en charge par l’assurance maladie après consultation préalable du médecin conseil et renouvellement de la prise en charge après deux ans de traitement ininterrompu.
Colite ulcéreuse modérée à grave chez les patients adultes : traitement par HYRIMOZ lorsque le traitement de fond classique (par ex. azathioprine, 6-mercaptopurine ou glucocorticoïdes) a été insuffisant ou n’a pas été toléré. Prise en charge par l’assurance maladie après consultation préalable du médecin conseil.
Psoriasis en plaques grave : traitement des patients adultes pour lesquels le traitement par UVB et la puvathérapie ou l’un des trois traitements systémiques suivants (cyclosporine, méthotrexate, acitrétine) n’ont pas été efficaces. Si le traitement n’est pas efficace après 12 semaines, il doit être interrompu. Le traitement ne peut être prescrit que par un dermatologue ou par une clinique universitaire/polyclinique de dermatologie.
Formes actives modérées à sévères d’hidradénite suppurée (maladie de Verneuil): traitement des patients adultes n’ayant pas répondu de façon satisfaisante à une antibiothérapie systémique.
Prise en charge par l’assurance maladie après consultation préalable du médecin conseil.
Le traitement doit être abandonné chez les patients qui n’atteignent pas une réponse HiSCR d’au moins 50 % après 12 semaines.
Le traitement ne peut être prescrit que par un dermatologue ou par une clinique universitaire/policlinique de dermatologie.
Renouvellement de la prise en charge par l’assurance maladie après consultation préalable du médecin conseil après 52 semaines de traitement ininterrompu.